Rugby Entraiguois

Pour son retour en Élite 2, l’équipe fanion de l’US Entraigues a pris la 7e place, à deux petits points de la qualification, affichant un bilan équitable de huit victoires pour huit défaites. Partis avec un effectif relativement juste en quantité pour évoluer mieux toute la saison dans l’antichambre de l’Élite, les Comtadins ont parfois souffert.

Mais au final, le bilan reste très correct pour les hommes du trio présidentiel composé de Nicolas Vinal, Vincent Fructus et Alain Moreau. Avec le bureau directeur, ils ont renouvelé leur confiance au tandem d’entraîneurs Julien Scaramuzza-William Roux.

Ces deux derniers font le point sur la saison écoulée et avancent déjà des perspectives pour le prochain exercice. Il faudra compter avec les Entraiguois.

Monter en régime

« Le classement est honorable pour notre retour à ce niveau de compétition. Nous sommes parvenus à l’emporter trois fois en dehors de nos bases, ce qui signifie aussi donc logiquement que nous avons cédé trois fois à Georges-Mauro, et ça, ce n’est pas tellement satisfaisant. Rester maître sur notre pelouse était un objectif. Mais bon, il y avait de grosses cylindrées avec des joueurs habitués à ce niveau de championnat voire au niveau supérieur et le derby (face à Carpentras, NDLR) est toujours un match particulier. L’entame de saison a été plus que correcte, on a signé quelques beaux succès, produit du beau jeu, du coup, le public a été présent et fidèle, un aspect positif », estime le tandem d’entraîneurs, satisfait dans l’ensemble de ses troupes.

« La plupart des gars découvraient ce niveau et on a débuté la saison avec 21 joueurs réguliers ; trop court pour viser mieux sur la longueur du championnat. D’autant que nous avons perdu rapidement Boris Ruh, un des « papas » de l’équipe, puis Thomas Jourdan, qui avait l’expérience de l’Élite 1 avec le SOA ; Malleterre, notre meneur de jeu, a aussi connu des pépins physiques. Trop de soucis pour tenir la route toute la saison. Mais les gars se sont accrochés, ils ont bien bossé, après quatre ans en Nationale 1, ils ont réussi à passer un cap avec nous, qui composions un nouveau tandem », notent William Roux et Julien Scaramuzza.

Mais l’USE n’entend pas en rester là et affiche clairement dès ce début d’été sa volonté de franchir un nouveau palier.

« À ce jour, et il faut rester mesuré et prudent, nous ne comptons aucun départ, soit 17 éléments réguliers du précédent groupe. Par contre, 12 joueurs nous ont accordé leur confiance. Au total, le groupe sera fort d’une trentaine d’éléments, sachant aussi que nous sommes réserve du SOA, dont le championnat d’Élite 1 ne commence qu’en fin d’année et que Caumont, notre réserve, devrait monter en Nationale 1. Nous allons continuer à utiliser les outils informatiques et vidéos pour faire progresser les joueurs individuellement et collectivement. L’objectif est de viser la qualification et d’atteindre le dernier carré pour notre équipe et de réaliser un parcours sympa en coupe. Pour les plus ambitieux, nous voulons de plus en plus être « la pouponnière du SOA ». D’ailleurs, nous espérons la venue de Renaud Guigue, ce jeudi 6 juillet, pour confirmer ce rôle de passerelle.

Enfin, en interne aussi, avec les catégories de jeunes, et dès notre école de rugby, nous affichons clairement la volonté de travailler mieux et davantage ensemble, de façon à ce que nos jeunes parlent le même langage rugbystique. C’est tout aussi important que l’équipe première », conclut les deux entraîneurs de l’équipe fanion de l’USE.

 

Par | 2017-08-12T22:01:10+00:00 08/10/17|Latest Publications, sport|0 commentaire

À propos de l'auteur :

Laisser un commentaire